poisson mer d'aral

Que la mer d`Aral, située à cheval entre le Kazakhstan et l`Ouzbékistan, en Asie centrale, allait être rayée de la carte. Le territoire contient environ 90% de terres et 10% d’eau. Les espèces de poisson sont à peu près les mêmes dans la Mer d'Aral que dans la mer Caspienne, l'esturgeon est l'article principal du commerce. Dans les années 1960, l'Union Soviétique a décidé de transformer les répu­bliques soviétiques d’Asie centrale en champs de coton, ce qui exigeait un arrosage intensif : les pays concernés puisèrent l'eau dans l'Amou- Daria et le Syr-Daria, les principaux affluents de la mer d'Aral. Igor S. Zonn, M. Glantz, Aleksey N. Kosarev, Andrey G. Kostianoy. Objectif : transformer les steppes désertiques en champs de coton et de blé. Entraînés à plusieurs kilomètres des rivages par de violentes tempêtes de sable, ils ont également contaminé les populations alentour. 28 espèces de poissons ont disparu, tuées par les pesticides accumulées au fond du lac. Toutefois, de violentes tempêtes pouvaient provoquer des oscillations bien supérieures, en 1902 fut relevée une montée des eaux de 2,1 m. Il faut également noter la présence épisodique d'un courant circulaire provoqué par la conjugaison du vent et de l'arrivée des eaux de l'Amou-Daria et du Syr-Daria[13]. C’est l’histoire d’une des plus grandes catastrophes environnementales du XXe siècle. En effet, avant son assèchement, la mer d'Aral faisait vivre 40 000 pêcheurs. L’Ouzbékistan a planté 27 000 hectares de saxaoul (arbuste), qui produisent 167 000 tonnes d’oxygène en absorbant 230 000 tonnes de CO2[24], ce qui est équivalent à 4 minutes de la production de CO2 mondial. Une variation quotidienne était provoquée par le phénomène des seiches à longue période et pouvait atteindre des amplitudes de 20 cm à 1 m relevées à la station "Mer d'Aral" située au nord-est de l'étendue lacustre. En 1970, la mer d’Aral avait déjà perdu 9/10e de sa surface. Avec l’évaporation de l’eau, ces pesticides tapissent désormais le lit desséché de la mer d’Aral. Résultat, en l’espace d’un demi-siècle,75% de la superficie de la mer d'A… En 1948, un laboratoire d'armes biologiques top-secret a été établi sur l'île de Vozrojdénia située au centre de la mer d'Aral qui est maintenant disputée entre le Kazakhstan et l'Ouzbékistan. En 2014, à la même période, le lobe sud a presque complètement disparu. Malheureusement c’est le début de la plus grande catastrophe écologique du siècle dernier. Malgré l’environnement désertique de ses alentours, la mer d’Aral procurait aux communautés côtières une importante source de pêche : en 1957, cette activité représentait une production de 48 000 tonnes de poissons, soit 13% de la pêche de l’URSS. Le président Noursoultan Nazarbaïev fait apparaître un semblant d´espoir de renaissance de la mer d´Aral au Kazakhstan. Mais en 50 ans, la mer d'Aral a perdu 90 % de son volume. La mer d’Aral, à cheval sur l’Ouzbékistan et le Kazakhstan, était à l’agonie. La mer d’Aral, un désastre écologique orchestré par l’Homme La mer d’Aral, entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, a perdu 70% de sa surface depuis les années 60, devenant l’un des plus graves désastres écologiques du 20e siècle, que l’Homme cherche désormais à réparer. Un collecteur, pour éviter l'évaporation et les pertes dans le sable, pourrait amener l'eau provenant du barrage de Kok-Aral vers le bassin ouest de la mer d'Aral, le plus profond et qui pourrait aussi être sauvé. Grande comme deux fois la Belgique, la mer d’Aral, à cheval entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, était le quatrième plus grand lac de la planète. La surface de la mer d'Aral était soumise à des oscillations de plus ou moins grande amplitude. Plus tard, le climat redevient plus sec et le niveau de la mer va varier en fonction des apports de l'Amou-Daria qui pouvait soit alimenter la mer d'Aral, soit s'orienter vers le lac Sary Kamysh et l'Ouzboï. Auparavant, à l'époque glaciaire, une période particulièrement sèche, il n'y avait dans cette région que quelques marécages et étangs hypersalés[9], mis à part au plus fort des glaciations quaternaires lorsque les glaces de la mer de Kara bloquaient le cours de l'Ob et forçaient les eaux de la Sibérie occidentale à s'écouler vers la mer Caspienne en passant par le bassin de l'Aral[10]. La plupart des poissons ont survécu dan… La dernière modification de cette page a été faite le 7 novembre 2020 à 20:44. L'évolution a d'abord laissé présager la disparition totale de la seconde à l'horizon 2025, avant que des travaux d'aménagement ne soient opérés. L'hiver, les températures étant négatives, la mer était entièrement prise par les glaces, parfois jusqu'au début du mois de mai[13]. De plus, les récoltes ont tué quasiment toute forme de vie. La mer d'Aral est un lac d'eau salé d'Asie centrale. demandes aux fermiers de moins gaspiller l'eau des rivières ; remplacement du coton par des espèces moins gourmandes en eau ; utilisation de moins de produits chimiques pour le coton ; changement économique en favorisant l'économie non basée sur l'agriculture dans les pays en amont. Par conséquent, autour du lac, une grande partie de la population a fini par s'exiler. À gauche, une image de la Mer d'Aral prise en 2000. Du temps où le père de Gamin Jaisanbaev était capitaine de bateau, il n’avait qu’à sortir de chez lui pour exercer son métier. Ce gourou indien est parvenu à assainir les cours d'eau les plus pollués du monde, Environnement : l'eau se raréfie dans plusieurs régions du monde, Sénégal : la Venise africaine face à la montée des eaux, Politique de Confidentialite (Mise à jour). Elle est partagée entre le Kazakhstan au nord et l'Ouzbékistan au sud. Il y a 50 ans la mer d’Aral (qui est en réalité un lac salé -1ere nouvelle-) etait le 4ème plus grand lac de la planète. Elle est partagée entre le Kazakhstan au nord et l'Ouzbékistan au sud. Ce qui reste en juillet 2009 de la Mer d'Aral. Alors que les spécialistes de la Banque mondiale avaient prévu que l’eau ne remonterait pas avant trois ans – d’autres hydrologues pensaient même que la mer d’Aral serait irrémédiablement perdue – la petite mer avait déjà regagné 30 % de sa superficie, ce qui représentait plus de 10 milliards de mètres cubes d’eau. Pendant des millénaire, la Mer d'Aral était l'un des plus grands plans d'eau de la planète. Avec le rétrécissement de la mer d’Aral, le taux de sel y a augmenté, causant la disparition d’un grand nombre d’espèces de poissons. Résultat : son taux de salinité a grimpé et des millions de poissons sont morts suite à l’assèchement. J'avais lu quelque part, et je vois sur une carte wikipédienne de la Perse en l'an 1000 que la mer d'Aral et la Caspienne étaient reliées à une certaine époque. Le cours de l'Amou-Daria fut détourné voilà 400 ans (par les khans de Khiva car le fleuve charriait des sables aurifères) et ses eaux rejoignirent la mer d'Aral dont le niveau s'éleva. La mer d'Aral est un lac d'eau salé d'Asie centrale. À la fin des années 2000, la pêche produisait entre 2 650 et 3 000 tonnes de poissons, contre 52 tonnes seulement en 2004. Résultat, en l’espace d’un demi-siècle,75% de la superficie de la mer d'A… Les 28 espèces endémiques de la mer d’Aral ont disparu[réf. Ce barrage permettant à la vie de revenir dans la Petite mer est une pomme de discorde entre le Kazakhstan bénéficiaire et l'Ouzbékistan qui pourtant, avec le Turkménistan, détourne la quasi-totalité des eaux de l'Amou-Daria en détruisant ainsi toute vie dans la Grande mer. 28 espèces de poissons ont disparu, tuées par les pesticides accumulées au fond du lac. Et pourtant, le fameux lac semble aujourd’hui renaître de ses cendres. Les fleuves Amou-Daria et Syr-Daria furent privés d'une partie de leurs eaux pour irriguer les cultures par plusieurs canaux dont celui de Karakoum. Seule subsiste une espèce de raie importée et sélectionnée pour survivre à de tels taux de salinité. Les rivages de la mer d’Aral en 1970 – Dmitry Karachun / TASS L’histoire de la mer d’Aral est étroitement liée à celle de l’armée soviétique. Auparavant le lac etait riche en poisson et on pechait jusqu’a 2000 t de poissons par an. La séparation entre la Petite mer au nord et la Grande mer au sud date de 1989. Quant à la végétation, le manque dea… nécessaire]. La mer d’Aral, un désastre écologique orchestré par l’Homme La mer d’Aral, entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, a perdu 70% de sa surface depuis les années 60, devenant l’un des plus graves désastres écologiques du 20e siècle, que l’Homme cherche désormais à réparer. La Mer d’Aral est, à l’origine, un lac d’eau salée situé en Asie centrale. Ainsi à partir de 1960, entre 20 et 60 km3 d'eau douce furent détournés chaque année. La mer d’Aral a vu son niveau baisser depuis les années 60, à cause de la grande quantité d’eau prélevée en amont dans les deux fleuves qui l’alimentent (le Syr Daria et l’Amu Daria) pour l’irrigation des champs de coton. En 50 ans, la mer d’Aral a perdu près de 75% de sa surface et 90 % de son volume initial. Les raisons du recul de la mer Il n’y a pas si longtemps, la mer d’Aral était la quatrième mer intérieure du monde et l’un des plus gros fournisseurs de poissons de l’Union soviétique. Géographie et histoire de la mer d’Aral. Depuis 1971, une partie des eaux de l'Amou-Daria est orientée vers le Darjalyk, un ancien bras du fleuve menant vers le bassin du Sary Kamysh, un lac asséché qui a été ainsi reconstitué et plus récemment vers le lac de l'âge d'or. Ce maximum est lié à un climat plus chaud et plus humide ; les fleuves ont alors un débit trois fois plus élevé qu'au début du XXe siècle et apportent alors 150 km3 d'eau par an[12]. Mais non ! Un dispositif acoustique d'effarouchement des poissons est mis en place afin d'éviter que les poissons ne passent le barrage et soient perdus dans la grande mer d'Aral [14]. On y trouve l’Ouzbékistan au Sud et le Kazakhstan au Nord. Le nombre d'espèces de poissons est passé de 32 à 6[19]. Avec le rétrécissement de la mer d’Aral, le taux de sel y a augmenté, causant la disparition d’un grand nombre d’espèces de poissons. Mais, en 2002, les mêmes causes engendrant les mêmes effets, la mer méridionale se divise à son tour en une mer orientale et une mer occidentale. Il est alimenté par deux fleuves principaux qui, après être descendus des montagnes, coulent parallèlement du sud-est vers le nord-ouest en direction de la dépression qui contenait cette mer. Achevée en 1996, elle permit immédiatement d'éviter que les eaux du fleuve ne se perdent dans le delta entre la Petite et la Grande mer d´Aral afin de faire remonter le niveau de la Petite mer. Alimenté par deux affluents principaux, l’Amou-Daria et le Syr-Daria, le bassin versant de ce lac d’eau salée compte 17 752 glaciers pour une superficie d’environ 1 549 000 km2[8]. La rive septentrionale correspondait à la limite sud du plateau argilo-sableux de Tourgaï, s'élevant jusqu'à 178 m au-dessus du rivage et découpé de baies profondes. À la fin des années 2000, la pêche produisait entre 2 650 et 3 000 tonnes de poissons, contre 52 tonnes seulement en 2004. En août 2005 s'est achevée la construction de la digue de Kokaral qui sépare la petite partie nord de la mer d'Aral au Kazakhstan, la Petite mer d'Aral, du reste de la dépression, la préservant ainsi de l'assèchement[7]. Pour inverser le processus d’assèchement de la mer d’Aral, les pays touchés ont mis plusieurs projets en place au fil, avec plus ou moins de succès. Avant la construction du barrage de Kokaral, le maire de la ville d'Aralsk, Alachibaï Baïmirzaev avait décidé de faire construire en 1995 une digue de vingt-deux kilomètres constituée de sable et de roseaux. Résultat : son taux de salinité a grimpé et des millions de poissons sont morts suite à l’assèchement. Toutefois, cette profondeur était dissymétrique, la partie occidentale de la mer d'Aral (en rebord du plateau d'Oust-Ourt) voyaient les fonds descendre jusqu'à - 68 m alors que moins de 10 % de ces derniers dépassaient les - 10 m dans la partie orientale[13]. Les expéditions scientifiques ont prouvé que cela avait été un site de production, d'essai et, plus tard, de fabrication d'armes pathogènes. », « Large Rivers: Geomorphology and Management », « Physical Oceanography of the Dying Aral Sea ». La grande mer d'Aral, qui fournissait autrefois des dizaines de milliers de tonnes de poissons par an, a très peu de chances de revoir le jour à cause de questions de salinité et de la pollution aiguë par les pesticides et parce que le détournement de rivières sibérienne n'est plus d'actualité. Vidéo sur la renaissance de la Mer d'Aral depuis 2005, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Mer_d%27Aral&oldid=176353585, Page avec coordonnées similaires sur Wikidata, Page incorrectement traitée par le Module:Unité, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, Portail:Lacs et cours d'eau/Articles liés, Portail:Époque contemporaine/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Il reste environ « 4000 tonnes de poissons à pêcher chaque année contrairement à plusieurs centaines de milliers dans les années 1950 ». Une partie de ce qui avait été gagné en volume et en superficie fut à nouveau perdu. La Chine prête à abandonner ses projets de construction de barrages sur sa dernière rivière sauvage ? Mer d'Aral (Kazakhstan) envoyée spéciale La scène a des allures de pêche miraculeuse. Termes et ConditionsPolitique de Confidentialite (Mise à jour)Les CookiesGestion des consentementsGestion des cookies. Et … Ce projet estimé à 120 millions de dollars (98 millions d'euros) serait financé principalement par les revenus du pétrole du Kazakhstan, il prévoit également le creusement d’un canal de jonction entre les deux bassins et la construction de nouvelles structures pour exploiter l’énergie hydroélectrique. Cela a été ramené à un minimum de 1 000 tonnes de poisson par an au plus fort de la crise. Aussi, en URSS, un poisson pêché sur six provenait de ce lac salé. Ces plantes ne sont pas seulement une aide contre l’érosion, elles jouent également un autre rôle essentiel : selon le professeur Zinovi Novitsk, elles permettent de réduire l’effet de serre. En effet, avant son assèchement, la mer d'Aral faisait vivre 40 000 pêcheurs. Sur l’image de droite, une photo satellite nous montre en bleu jusqu’où avait reculé la mer d’Aral en 2016. -La mer d’Aral a diminué de 90%-La mer d’Aral, le plus grand désastre écologique de la planète-La mer d’Aral victime de la monoculture du coton-Mer d’Aral : un Tchernobyl silencieux-La mer d’Aral renaît peu à peu-La mer d’Aral retrouve la pêche-Mer d’Aral : la vie revient-La mer d’Aral … Son niveau est monté de six mètres depuis 2005, grâce au projet de restauration financé par la Banque Mondiale. Malheureusement, une tempête violente détruisit cette digue fragile en 1999. C’est l’histoire d’une des plus grandes catastrophes environnementales du XXe siècle. Avant l'évaporation du lac, la mer d'Aral produisait environ 20 000 à 40 000 tonnes de poisson par an. Asséché de la mer d'Aral à la fin des années 80 a perdu plus de 1/2 de son volume. A en croire les dernières photos satellites, la mer d’Aral n’est pas très en forme. Alors que les spécialistes de la Banque mondiale avaient prévu que l’eau ne remonterait pas avant trois ans – d’autres hydrologues ayant même décrété que la mer d’Aral était irrémédiablement perdue –, la petite mer a déjà regagné 30 % de sa superficie, ce qui représente plus … Question sur l'histoire ancienne de la mer d'Aral. Dans les années 1960, l'Union Soviétique a décidé de transformer les répu­bliques soviétiques d’Asie centrale en champs de coton, ce qui exigeait un arrosage intensif : les pays concernés puisèrent l'eau dans l'Amou- Daria et le Syr-Daria, les principaux affluents de la mer d'Aral. Les précipitations sont faibles dans cette région au climat aride (entre 130 et 140 mm/an en moyenne), l'évaporation est très élevée (de l'ordre de 1 000 mm/an) mais l'apport des deux grands fleuves tributaires permettait à la mer d'équilibrer son bilan hydrologique[14]. Ces eaux auxquelles viennent bientôt s'ajouter celle de l'Amou-Daria ne sont donc pas encore salées et la faune aquatique provient d'abord de ces fleuves. On peut retrouver des épaves de bateaux sur l'ancien fond marin. Des conditions climatiques extrêmes en 2014 ont causé l'assèchement quasi complet de la zone (image de droite). Mais parallèlement à ce type de projet, l’Ouzbékistan reste le 2e exportateur mondial de coton en 2011 – 2 millions d’hectares de cette plante y sont encore cultivés – ; or l’irrigation reste incontrôlée puisque le coton est une culture qui demande beaucoup d’eau, accentuant ainsi les phénomènes naturels d’assèchement[25]. Les îles et îlots ont une superficie totale de 2 345 km². Continuation de la route jusqu’à Barsa Kelmas. Il a en effet pour projet de rehausser le niveau de la petite mer, grâce à la construction du barrage de Kokaral1, permettant ainsi à l'industrie de la pêche de retrouver son ancien niveau et à la ville d'Aralsk de redevenir un port plus ou moins important. Alimentée par le Syr-daria et l’Amou-Daria, elle fournissait 10% du caviar soviétique, abritait vingt espèces de poissons et faisait vivre 60 000 pêcheurs, sur une surface équivalente à … Située à cheval entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan avec une superficie de 67300 km², soit deux fois la superficie de la Belgique pour situer ! Les experts préviennent cependant que la surpêche pourrait défaire ce début de restauration[26]. Dès 1918, les autorités de la République socialiste fédérative soviétique de Russie procédèrent au détournement de ses principaux affluents « afin d’irriguer des zones désertiques de l’Ouzbékistan pour y implanter des rizières et des champs de coton[16]. Sous l'ère Stalinienne, la culture intensive du coton bouleverse une région complète du Monde et engendre une catastrophe écologique qui en fait les frais encore aujourd’hui : la Mer d’Aral passe de 67 000km² en 1960 à 21 000km² en 2010. (M. V.). La mer d'Aral est une ancienne mer asséchée située entre le Kazakhstan et l'Ouzbékistan. Pourquoi ? Les raisons du recul de la mer Géographie et histoire de la mer d’Aral. Entre ses diverses parties, au nord-est et au sud, les vastes deltas du Syr-Daria et de l'Amou-Daria, prenaient l'aspect de vastes espaces plans qui progressaient rapidement grâce au déversement abondant des eaux limoneuses[13]. Drainé à l’épuisement pour l’irrigation des cultures de coton*, tributaire de sécheresses de plus en plus sévères et de la montée des températures, le lac n’est plus inondé par les pluies et la fonte des neiges qui ruisselaient autrefois du massif Pamir. Il y a 5000 ans, la mer d'Aral atteint sa plus grande extension, son niveau atteint l'altitude de 58-60 m et elle s'étend jusqu'au lac Sary Kamysh. Et aujourd'hui, au lieu de ravitailler la région, les rives sont devenues des cimetières de navires, une curiosité pour les voyageurs occasionnels. Concernant lenvironnement, lassèchement de la mer dAral entraîne la disparition progressive de la faune et de la flore : seules 168 espèces doiseaux sur les 319 présentes avant le détournement du lac et 30 variétés de mammifères sur 70 subsistent aujourdhui. En 2002, à travers un projet organisé par les États-Unis et avec l'assistance de l'Ouzbékistan, 10 sites d'enfouissement d'anthrax ont été décontaminés. Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA). Les vingt-huit espèces endémiques de poissons du lac ont disparu, tuées par les quantités colossales de pesticides accumulées au fond du bassin. La mer d'Aral est située en Europe orientale, sur la frontière entre le Kazakhstan au nord et l'Ouzbékistan au sud. Allant dans ce sens, des analyses contradictoires sur la mort programmée pour 2025 de la mer d’Aral ont été publiées récemment[21]. Cela a été ramené à un minimum de 1 000 tonnes de poisson par an au plus fort de la crise. Pour Chilo, académicien russe, ce sont les fonds des mers (Caspienne et Aral) qui seraient très friables... et un historien Bunyatov démontre que ce lac aurait déjà agonisé quatre fois au cours des siècles. D'après le Kazakh Scientific Center for Quarantine and Zoonotic Infections, tous les sites d'enfouissement ont été décontaminés[27]. La diminution du débit des fleuves a mis fin aux crues de printemps qui alimentaient les marais en eau douce et enrichissaient les sédiments. » Au début des années 1960, les économistes soviétiques décidèrent d’intensifier la culture du coton en Ouzbékistan et au Kazakhstan. En effet ce barrage permit de barrer le détroit entre la Petite mer, aussi appelée Maloïé, ancienne mer bordière au nord de la mer d´Aral avant son assèchement, et la Grande mer (Bolchoïé, ce qui reste du sud de la grande mer). Résultat : son taux de salinité a grimpé et des millions de poissons sont morts suite à l’assèchement. Grâce à la mobilisation locale et internationale, la quatrième plus grande mer intérieure de la planète, d`une surface de 67 000 km² — soit deux fois … L’Ouzbékistan préfère toujours utiliser les eaux de l'Amou Daria pour l'irrigation, ainsi son débit à l'entrée de ce qui reste de la mer, est très faible, voire nul. En 1960, ce lac alimenté par les fleuves Amou-Daria et Syr-Daria était le quatrième plus grand au monde. Un dispositif acoustique d'effarouchement des poissons est mis en place afin d'éviter que les poissons ne passent le barrage et soient perdus dans la grande mer d'Aral [14]. Dans sa forme actuelle, la mer d'Aral est apparue il y a environ 10 000 ans. Le taux de salinité de la partie nord de la mer Aral a aussi baissé, favorisant de nouveau la vie aquatique. Elle est partagée entre le Kazakhstan au nord et l'Ouzbékistan au sud. Le niveau des eaux a beaucoup varié au cours de l'histoire. Mer d'Aral (Kazakhstan) envoyée spéciale La scène a des allures de pêche miraculeuse. Par Shanel Poulin (2008) Mer d’Aral, une catastrophe écologique ! Cependant, d´après certains responsables kazakhs, il vaudrait mieux ne pas se réjouir trop tôt car la solution finale n´a pas encore été apportée.

Norme Bâtiment Avicole, Lieux D'aisance Mots Fléchés, Séjour Nature Sauvage France, Signification Du Mythe De Persée, Site école Sainte Thérèse, Appareil Photo Pas Cher,

Leave a Reply


INFOS CONTACT

Animation94

Centre de formation spécialisé dans le secteur médico-social (santé, handicap, l’accompagnement social ou éducatif)
  • 1 Rue Moutier, 94190 VILLENEUVE SAINT GEORGES
  • 01 56 32 20 50
  • 01 43 86 97 08
  • contact@animation94.fr
Cefip – Site secondaire

  • 3 Avenue des Lots Communaux, 92230 GENNEVILLIERS
  • 01 56 32 20 50
  • 01 43 86 97 08
  • contact@animation94.fr
Horaire d’ouverture

  • Lundi08:45h – 17:00h
  • Mardi08:45h – 17:00h
  • Mercredi08:45h – 17:00h
  • Jeudi08:45h – 17:00h
  • Vendredi08:45h – 17:00h
  • Samedi08:45h – 17:00h
  • DimancheFermé